La modélisation 3D joue un rôle de plus en plus important au cinéma – notamment pour la création d’effets spéciaux – mais aussi dans la création de jeux vidéo. Bien sûr, on ne s’en passe plus dans la publicité, l’architecture, la médecine ou encore la conception de produits. Tout peut être créé en 3D. Encore faut-il savoir utiliser cette technique à bon escient !

Dans les années 1990, un film contenait habituellement 3 à 4 % de modélisation 3D. Aujourd’hui, ce chiffre peut s’élever jusqu’à 90 %. En dehors de ces utilisations les plus évidentes dans les effets visuels de films et jeux vidéo, la modélisation 3D joue aussi un rôle important dans la publicité, l’architecture, la médecine, la bijouterie et le design de produits.
En fait, n’importe quoi peut être créé en 3D et au moment où les étudiants auront assimilé les trois niveaux de modélisation 3D TUMO, ils seront capables de créer n’importe quoi à l’aide de la texturisation, du trucage et du rendu.

Le programme d’apprentissage TUMO est composé d’activités en Autoformation, de Labs et de Masterlabs. Les 3 niveaux sont dispensés sous forme de Labs.

Niveau I

Une fois que les étudiants ont réellement assimilé les bases de la modélisation 3D, apprendre le reste devient plus facile. On peut dire que c’est comme faire du vélo. De manière appropriée, les jeunes au niveau I apprennent les tenants et les aboutissants de Maya et travaillent avec des quads – des mailles utilisées dans la modélisation – pour créer un minivélo 3D. Modéliser une surface dure pose les bases pour tous les étudiants, peu importe leur âge ou leur expérience préalable.

Lab Modélisation 3D niveau 1
Projet de modélisation 3D réalisé par les étudiants de TUMO Erevan (Arménie) dans le cadre d’un lab de niveau 1.

Niveau II

Les étudiants de niveau II donnent vie à leurs modélisations de minivélos en leur apportant la texture de leur choix. Les Experts se tiennent à leur disposition pour recommander les couleurs de palettes et les textures afin de les aider à obtenir les meilleurs résultats possibles. Par exemple, la 3D dans les jeux vidéo nécessite des graphiques faciles et rapides à charger, tandis que les effets cinématographiques peuvent être plus détaillés, et par conséquent, plus lourds en données.

Niveau III

À ce stade, les étudiants créent tout ce qui leur traverse l’esprit. Tandis qu’ils modélisaient et texturisaient des objets, les étudiants TUMO ont maintenant la chance de créer des personnages 3D. Si ce n’est pas requis, avoir des notions de dessin est ici un atout, puisque connaître l’anatomie aide à créer le squelette permettant aux personnages 3D de se mouvoir. Ce procédé est appelé « rendu » et il est nécessaire à la modélisation 3D animée dans les jeux vidéo et les films.